B-part vous souhaite de joyeuses fêtes !


Sync., a.k.a première banque intelligente !

C’est l’ancien responsable de la conception et de la stratégie produit chez Revolut qui crée cette plateforme de référence des produits et services bancaires. Qu’est-ce qui différencie Sync ? C’est un modèle qui souhaite faire sa place sur le marché de la FinTech, mais sans y rentrer véritablement.

Nous pourrions résumer Sync. comme une plateforme qui agrégera nos différents comptes, et synchronisera ces derniers vers une seule et même carte bancaire – pour pouvoir ensuite résoudre notamment les questions de transferts internationaux. Depuis plusieurs jours, le service a gagné en maturité, et pourrait très vite se concrétiser grâce à un partenariat signé avec Mastercard.

Sync. veut surtout se développer au format de Marketplace. Elle sait qu’à l’avenir, les clients voudront jouir d’une totale liberté entre les services bancaires de chacun, et qu’il est probable que le monde de la banque ait besoin de sa « plateforme », comme une multitude d’autres services aujourd’hui.

La bonne nouvelle : le lancement dans le paysage économique européen est prévu pour l’année prochaine.

L’écosystème marocain fait un focus sur le financement bancaire de l’informel

Les fruits du discours royal du 11 octobre ont muri, et 2020 apporte de bonnes nouvelles ! Le plan d’action pour la facilitation du financement des PME sera appliqué dès le premier Janvier !

Les institutions bancaires interpelées sur l’élargissement du crédit bancaire aux TPME, leur autorité de tutelle Bank Al-Maghrib et le Ministère des Finances, ont travaillé sur les actions à mettre en œuvre pour une exécution rapide des orientations royales.

Faisant suite à son introduction dans la PLF 2020, M. Benchaaboun a incité à la création d’un fonds de soutien et de développement de la TPME. Aujourd’hui, l’État mets en place ce fonds le dotant de 6 milliards de dirhams sur 3 ans.

Depuis maintenant deux mois, les grands acteurs de l’écosystème marocain se sont réunis autour de la table pour accélérer l’adoption des lois sur la microfinance, le crowdfunding, et le m-Banking. Un comité stratégique, composé du GPBM, BAM et le MEF, a été constitué, de même qu’un comité technique qui réunit la Caisse Centrale de Garantie et la Banque Centrale, ainsi qu’un comité régional pour mesurer l’impact au niveau national de ce plan d’action.

Bank Al-Maghrib compte essentiellement miser sur :

  • Les conditions de refinancement des banques pour les pousser et les soutenir dans le financement des TPME qui exercent dans l’informel, les jeunes autoentrepreneurs et les entreprises exportatrices vers l’Afrique ;
  • Les prêts garantis destinés au financement de la TPME qui se chiffrent en cette fin 2019 à 2,3 milliards de dirhams uniquement, sans changement par rapport à décembre 2018 ;
  • Les agréments de paiements avec le mobile dont l’interopérabilité est encore limitée parce que le réseau reste faible du fait que cet instrument de financement manque d’incitation fiscale et surtout que les commerçants sont encore frileux, de peur d’être tracés par le fisc ;
  • La flexibilité aux banques par rapport à la proportion de cette catégorie d’entreprises qu’elles vont financer pour réussir le plan d’actions conformément aux directives du discours royal.

Le système bancaire doit s’engager à accompagner les TPE par des mesures liées à la bancarisation, l’inclusion financière, le micro-crédit et le crowdfunding. La cible phare sera particulièrement les femmes, les jeunes et le monde rural, qui sont généralement exclus des financements bancaires.

Malgré les efforts fournis par le système bancaire, nous ne pouvons pas ignorer l’existence des entreprises non bancarisées faute de garanties, de conseils, de suivi et de formation. L’objectif étant donc de les rendre « bancables ».  C’est ce qu’a démontré Attijariwafa Bank, la semaine dernière, en organisant trois journées de portes ouvertes dans toutes ses agences, ses centres de la TPME et Dar Al Moukawil.

Laissant le meilleur pour la fin, les derniers chiffres annoncés par BAM sont optimistes : un taux de croissance 2,6% à fin 2019 contre 3% en 2018, mais de 3,8% et 3,7% en 2020 et 2021.

Les FinTechs au Maroc : doucement mais surement !

Dans notre édition du 11 Décembre, nous avons donné un bref aperçu sur le rapport annuel de PwC et CFC « Digitalizing Africa : the rise of FinTech Companies ». Aujourd’hui nous venons rajouter plus de matière concernant ce sujet qui préoccupe nos lecteurs.

Les institutions financières marocaines s’intéressent de plus en plus au développement des FinTech, comme l’atteste l’organisation de divers événements et initiatives tels que la BCP FinTech Challenge, le Smart Up Hackathon d’AWB et le partenariat de la Société Générale avec la CEED. D’où la nécessité de créer une infrastructure, dont l’élément clé tourne autour de la facilitation du développement de solutions de paiement mobile.

Déjà, en 2018, les exigences de la technologie d’interopérabilité entre les banques et les établissements de paiement ont été lancées. Tous les éléments de base semblent être disponibles pour le développement d’un véritable FinTech au Maroc. Toutefois, le rythme de mise en œuvre des initiatives annoncées est qualifié de lent. Il devra s’accélérer si le pays veut jouer un rôle clé dans le secteur des Fintechs sur le continent.

Bank Al-Maghrib donne un coup de pouce à son tour sur le plan réglementaire, avec son adoption de la loi 103-12, elle présente une avancée notable. Elle permet aux prestataires de services non bancaires, notamment les opérateurs télécoms, d’offrir des solutions de paiement mettant fin au monopole des banques, pour promouvoir l’inclusion financière.

Sachant que le Maroc est l’un des seuls pays du continent à déployer de nombreux efforts pour faire adopter une loi facilitant l’activité de financement participatif, communément appelé crowdfunding.

Pour finir sur de bonnes notes, la Banque mondiale a mis à la disposition de la CCG un montant de 50 millions de dollars, en vue de la création du fonds Innov-invest dont l’objectif est de soutenir le lancement de start-up innovantes.

Read our previous article on: https://www.bpart-consulting.com/newsletter-b-part-consulting-mercredi-11-decembre-2019/

Leeto, la FinTech qui apporte un bonheur conjoint pour salariés et entreprises !

La plateforme en ligne vient simplifier et rendre plus attractifs les avantages proposés aux salariés via les comités d’entreprise.

“Leeto est née d’un double constat. Une étude montre que 70% des salariés sont insatisfaits des avantages proposés par leur entreprise. Ce n’est pas l’avantage en lui-même qui est remis en question, mais la manière dont il est proposé. En parallèle, il est difficile pour une entreprise de définir et piloter le budget dédié à ces avantages. Il y a donc de la frustration d’un côté et de la complexité de l’autre”, expose Arthur Reboul, directeur général de Leeto et cofondateur aux côtés de Guillaume Estrade (par ailleurs cofondateur de la licorne Meero) et Alban Porcheron.

Pour surmonter ces écueils, la startup a développé une plateforme en ligne avec un accès administrateur et un accès salarié. Côté entreprise, la solution permet de créer un avantage, de le paramétrer et de le communiquer directement aux salariés. Ces derniers peuvent accéder aux différentes offres et les gérer depuis la plateforme. Ils ont, par exemple, la possibilité de demander le remboursement d’une dépense liée à une activité (comme une cotisation à une salle de sport) et d’être remboursés en 24 heures.

Ambition ? Entre 40.000 et 50.000 salariés inscrits d’ici fin 2020 !  Et c’est justifié ! Depuis son lancement commercial il y a près d’un an, Leeto revendique avoir séduit 30 entreprises clientes représentant 10.000 salariés. Parmi elles : Uber, l’e-commerçant ManoManola plateforme publicitaire Criteo ou encore Wemanity, une société spécialisée dans la transformation des entreprises. Leeto espère toucher entre 40 et 50.000 salariés d’ici la fin 2020 et a récemment levé 2 millions d’euros auprès de Founders Future et de plusieurs business angels pour accélérer son développement. La jeune pousse, qui compte une dizaine de salariés, prévoit de doubler ses effectifs sur la même période.

Dans ce sens, Leeto envisage de bâtir une plateforme regroupant une batterie d’avantages aux salariés comme les titres-restaurant, l’épargne salariale, la mutuelle ou encore les chèques cadeaux. Des projets de partenariats seront surement noués avec d’autres FinTech positionnées sur ces différents créneaux, comme Lunchr pour les titres-restaurant, Epsor pour l’épargne, ou encore Alan pour l’assurance.

Finance innovation : B-part Consulting anime une table ronde !

B-part Consulting anime une table ronde pour Finance Innovation sur la finance éthique, et vous donne rendez-vous le 14 janvier de 11h20 à 12h00 dans ce sens, autours de :   ” La FinTech pour booster la finance inclusive et les diasporas”

 Que des experts autour de la table, notamment avec notre partenaire en charge de l’Afrique Mme Kenza BERRADA, B-PART

La FIN&TECH COMMUNITY annoncera également le prix de la FinTech de l’Année !

Subscribe on https://hello-finance.com/fintechcommunity/

Paris FinTech Forum : B-part vous donne rendez-vous !

Le 28 & 29 janvier se tient l’événement international de référence sur la finance digitale à l’heure de la FinTech ! La 5ème édition, placée sous le haut patronage de M. Emmanuel Macron, Président de la république, aura lieu au Palais Brongniart, avec à nouveau des orateurs exceptionnels, dirigeants de banques, assureurs et Fintechs du monde entier pour partager leurs visions de l’avenir de la finance à l’heure de la FinTech.

Comme en 2019 B-part participe à ce programme exceptionnel avec des orateurs de premier plan, des participants du monde entier, sans oublier une centaine de partenaires.

B-part est à votre écoute pour vous rencontrer à cette occasion et pousser les synergies, alors venez nombreux, et tenez nous au courant !

Pour plus d’infos : https://www.parisfintechforum.com/

Oyé Oyé jeunes lauréats, rejoignez la best team !

Offre d’emploi :

Thank you for reading…

…See You Next Week

By Lamiae Kettani
b-partienne engagée

Qui sommes nous :

B-part est une boutique de conseil en stratégie, en réglementaire et direction opérationnelle de projets. Notre métier : créer des banques et des néo-banques, des fintechs….

Faiseurs de rêve, les b-partiens sont à vos côtés pour rendre vos ambitions réelles.

For more info : https://www.bpart-consulting.com/ / info@bpart-consulting.com