Fintech on fire : Focus sur la Chine

Dans un monde où la Fintech connait chaque jour de plus en plus d’avancées….

La Chine est considérée comme étant un véritable terreau de la technologie financière, ceci s’explique par la culture chinoise très avancée en matière de technologie ainsi que le soutien énorme des autorités publiques en matière de R&D ; chaque année de plus en plus de partenariats sont noués entre les banques commerciales traditionnelles et les fournisseurs de FinTechs.

En 2015, les investissements chinois en capital risque se sont élevés à 2,7 Milliards de dollars soit 1/5 des investissements mondiaux. Et en 2018, les sociétés de technologies financières chinoises ont levé un montant record de 26 milliards de dollars.

D’une manière plus concrète, la Chine abrite des géants de FinTechs ; à savoir  Zhonghan ou Qufendi situées respectivement en 1 ère et 4 ème position dans le classement de KPMG des 100 premières FinTechs mondiales.

En effet, ZhongAn Insurance est la sortie la plus valorisée selon le classement de CBI Insights, cette dernière est rendue publique à une valeur de 11 milliards de dollars fin 2017 et est devenue le premier assureur chinois en ligne à franchir la barre des 1,49 milliard de dollars et poursuit toujours ses innovations technologiques comme la blockchain .

Le détaillant d’électronique basé à Pékin de son côté, Qudian, a levé près de 955 millions de dollars de financement avant de devenir public suite à une valorisation de 7,9 milliards de dollars en 2017.

Selon le dernier rapport publié par le CBI Insights, 15 FinTechs basées en chine ayant fait l’objet au préalable d’opérations de private equity, ont été évaluées à 1 Millards de dollars ou plus lors de leurs sorties.

Les insurTechs de leur part attirent chaque jour plus d’attention des investisseurs et font couler beaucoup d’encre. En 2018, les startups d’insurTech ont levé plus de 45 milliards de dollars, tandis que le financement de la FinTech au troisième trimestre de 2019 a atteint un record trimestriel de près de 9 milliards de dollars.

La chine présente une palette variée de business model duquels l’Afrique, qui est en pleine émérgence FinTech, peut s’inspirer !

– Zineb HALOUI, consultante en stratégie et modélisation – 

 

Fabric, conseiller expert pour une situation financière risk-free !

Pendant que tout le monde se soucie de sa situation financière du future, l’application Fabric vient offrir la solution pro regroupant conseiller banquier, conseiller assureur, et notaire !

Oui, aujourd’hui il est possible d’avoir les trois en un. Deux anciens de la néo-banque Simple viennent fournir aux parents via Fabric , une plate-forme qui les accompagne concrètement et sans complication dans toutes les actions à entreprendre pour envisager les aléas du lendemain avec sérénité, qu’elles impliquent ou non des produits financiers.

L’utilisateur commence d’abord par renseigner des informations sur sa famille, et c’est sur cette base que l’application lui offre des packs adaptés. Parmi ceux-ci figure, de manière proéminente, l’assurance décès qui est, depuis ses débuts, au cœur du modèle économique de la jeune pousse. Première particularité notable, la gestion du ou des bénéficiaires est mise au premier plan du contrat avec, entre autres, la possibilité de leur envoyer la police d’assurance.

Généralement toutes les parties prenantes de la sauvegarde de la famille peuvent être désignées (légalement, le cas échéant) et coordonnées au sein du logiciel : tuteurs et représentants, conseillers financiers, avocats… Il est également prévu de pouvoir consigner les différents comptes détenus (livrets, cartes de crédit, portefeuilles…) pour faciliter leur transmission, si nécessaire. Enfin, une fonction gratuite de création de testament (y compris sa validation avec les témoins) complète le panorama.

Fabric a compris que la protection de la famille est une préoccupation commune à une fraction importante de la population, qui mérite à ce titre d’être abordée avec une approche de conseil personnalisé à 360°.

 

Guess qui a enfin son RGPD (a.k.a CCPA) ? La Californie !

Les États-Unis semblent être la capitale des pratiques agressives en matière d’exploitation des données personnelles. Les entreprises du monde entier se démènent pour protéger correctement les informations personnelles (PI) de leurs clients. Cependant, de nouvelles réglementations ont changé la définition du terme, rendant tout plus compliqué. Avec l’entrée en vigueur de la California Consumer Privacy Act (CCPA) en janvier 2020, les entreprises disposent d’un temps limité pour maîtriser les informations sur leurs clients et la façon dont elles doivent en prendre soin. Si elles ne le font pas, elles risquent non seulement d’être condamnées à une amende, mais aussi de perdre la réputation de la marque et la confiance des consommateurs – qui sont incommensurables.

La Californie a été l’un des premiers États à prévoir un droit explicite à la vie privée dans sa constitution et le premier à adopter une loi sur la notification des violations de données. Il n’est donc pas surprenant que les législateurs de l’État aient adopté en juin 2018 le CCPA, la première loi nationale sur la confidentialité des données à l’échelle nationale. Le CCPA n’est pas seulement une loi d’État – il deviendra la norme nationale de facto dans un avenir prévisible, car le nombre considérable de Californiens signifie que la plupart des entreprises du pays devront se conformer. Les exigences ne sont pas insignifiantes. Les entreprises devront divulguer aux clients californiens quelles données les concernant ont été collectées, les supprimer et cesser de les vendre si le client le demande.

Les amendes pourraient facilement s’additionner – 7 500 $ par violation si intentionnelle, 2 500 $ pour ceux qui n’ont pas le consentement et 750 $ par utilisateur affecté en dommages-intérêts civils.

Avec le CCPA, les États-Unis rattrapent le RGPD et élargissent de la même manière la portée de la définition des données personnelles. En vertu de la CCPA, les renseignements personnels sont des «renseignements qui identifient, se rapportent à, décrivent, peuvent être associés à, ou pourraient raisonnablement être liés, directement ou indirectement, à un consommateur ou à un ménage particulier».

Cela comprend une foule de renseignements qui, généralement, ne lèvent pas les drapeaux rouges mais qui, lorsqu’ils sont combinés avec d’autres données, peuvent trianguler vers un individu spécifique comme les données biométriques, l’historique de navigation, les données sur l’emploi et l’éducation, ainsi que les références tirées de toute information pertinente pour créer un profil «reflétant le consommateur» préférences, caractéristiques, tendances psychologiques, préférences, prédispositions, comportement, attitudes, intelligence, capacités et aptitudes. »

 

Cash Plus lance sa campagne de paiement “vignette 2020”

Cash Plus ou le « One Stop Shop » qui assure des prestations comme le transfert d’argent national et international, change de devises, le paiement de facture au Maroc, ne s’est pas arrêté à mettre à disposition de ses clients un réseau d’agences étendu de Tanger à El Guergarate mais diversifie également ses points de paiements pour assurer une proximité optimale.

Ainsi, la société a mobilisé des détaillants équipés de TPE, ainsi que des unités mobiles, qui seront présents dans les 12 régions du Maroc afin de servir les citoyens et de leur faciliter cette opération.

 

Minute Reg Maroc :  pas de Crypto, mais boost aux Blockchains !

Après le African Blockchain Summit qui a été organisé par Bank Al-Maghrib qui a été dédié à la technologie Blockchain en Afrique et son potentiel aussi bien pour les banques centrales que pour le système financier dans son ensemble, le régulateur Marocain passe à l’action et redoublent d’efforts pour y faire une place aux projets de blockchains à usage professionnel, sous l’impulsion des entreprises marocaines ou françaises qui y voient des opportunités, ou à usage institutionnel, l’État réfléchissant à sa propre modernisation.

Au Maroc, la blockchain est également au centre de nombreuses préoccupations tant du côté des pouvoirs publics que du secteur privé. Mais, où en est réellement le Royaume aujourd’hui ?  Le Maroc est au stade de la prise de conscience de l’immense potentiel de la blockchain, cette prise de conscience s’est manifestée par trois événements. D’abord, le ministère de l’Économie et des Finances et l’Office des changes ont pris conscience qu’il y avait de nouvelles devises qui circulaient sur le marché, en l’occurrence les crypto-monnaies. Même si la Tunisie l’a devancé en lançant il y a quelques mois sa plateforme nationale de blockchain, il faut néanmoins dire que le Royaume nourrit des ambitions importantes dans le domaine. En témoigne l’initiative portée par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), via son bras armé en matière de R&D : le Soft Centre (cellule d’innovation et de R&D logicielle).

Lire notre article sur la Blockchain : https://www.bpart-consulting.com/newsletter-b-part-consulting-mercredi-27-novembre-2019/

 

Finance innovation : B-part Consulting anime une table ronde !

B-part Consulting anime une table ronde pour Finance Innovation sur la finance éthique, et vous donne rendez-vous le 14 janvier de 11h20 à 12h00 dans ce sens, autours de :   ” La FinTech pour booster la finance inclusive et les diasporas”

 Que des experts autour de la table, notamment avec notre partenaire en charge de l’Afrique Mme Kenza BERRADA, B-PART

La FIN&TECH COMMUNITY annoncera également le prix de la FinTech de l’Année !

Subscribe on https://hello-finance.com/fintechcommunity/

 

Paris FinTech Forum : B-part vous donne rendez-vous !

Le 28 & 29 janvier se tient l’événement international de référence sur la finance digitale à l’heure de la FinTech ! La 5ème édition, placée sous le haut patronage de M. Emmanuel Macron, Président de la république, aura lieu au Palais Brongniart, avec à nouveau des orateurs exceptionnels, dirigeants de banques, assureurs et Fintechs du monde entier pour partager leurs visions de l’avenir de la finance à l’heure de la FinTech.

Comme en 2019 B-part participe à ce programme exceptionnel avec des orateurs de premier plan, des participants du monde entier, sans oublier une centaine de partenaires.

B-part est à votre écoute pour vous rencontrer à cette occasion et pousser les synergies, alors venez nombreux, et tenez nous au courant !

Pour plus d’infos : https://www.parisfintechforum.com/

 

Oyé Oyé jeunes lauréats, rejoignez la best team !

Offre d’emploi :

Thank you for reading…

…See You Next Week

By Lamiae Kettani
b-partienne engagée

Qui sommes nous :

 

B-part est une boutique de conseil en stratégie, en réglementaire et direction opérationnelle de projets. Notre métier : créer des banques et des néo-banques, des fintechs….

Faiseurs de rêve, les b-partiens sont à vos côtés pour rendre vos ambitions réelles.

For more info : https://www.bpart-consulting.com/ / info@bpart-consulting.com