Crowdlending – Look&Fin : suspension des remboursements pour les PME

L’acteur européen du crowdlending Look&fin a consulté l’ensemble de ses prêteurs afin de permettre à la plateforme de suspendre momentanément les remboursements de certains de ses emprunteurs. Suite à cette consultation, les votants ont très largement accordé leur confiance à Look&Fin puisque 98% d’entre eux ont accepté que la plateforme puisse accorder un report de remboursement de maximum 6 mois aux entreprises qui en éprouveraient le besoin.

Et guess what ? 150 PME sont actuellement en cours de remboursement !

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, l’équipe de Look&Fin s’est mobilisée pour prendre le pouls de ses entreprises emprunteuses. Plus de 150 entreprises ont ainsi été contactées afin de mieux jauger l’impact économique de la crise du coronavirus sur leurs activités. Si un grand nombre d’entre elles a fait état d’une nette baisse de son chiffre d’affaires, seules 18% des entreprises emprunteuses envisagent à ce jour de demander à la plateforme une suspension de leur crédit. 

Concrètement, les entreprises emprunteuses dont la demande de suspension aura été acceptée par la plateforme seront exonérées du remboursement en capital durant la période de suspension du crédit. Elles ne paieront alors que les intérêts. Dans certains cas exceptionnels, le paiement des intérêts pourrait également être suspendu. L’échéance finale du prêt sera prolongée du nombre de mois correspondant à la suspension octroyée et le taux d’intérêt demeurera inchangé. 

La mise en place de cette mesure a nécessité l’approbation de la majorité des prêteurs de Look&fin qui ont des encours sur la plateforme. L’excellente nouvelle est qu’en moins de 48 heures, les prêteurs se sont mobilisés et ont voté à 98% en faveur de cette mesure. 

 

Flash News rassurante : Bank Al-Maghrib triple la capacité de refinancement des banques

Bank Al-Maghrib (BAM) a annoncé, dimanche, l’adoption d’un ensemble de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielle pour soutenir l’accès au crédit bancaire au profit à la fois des ménages et des entreprises en vue de faire face aux impacts de la pandémie du nouveau coronavirus. Ainsi, Bank Al-Maghrib offre la possibilité de recours par les banques à l’ensemble des instruments de refinancement disponibles en Dirham et en devise, l’extension à un très large éventail de titres et effets acceptés par la banque centrale en contrepartie des refinancements accordés aux banques et l’allongement de la durée de ces refinancements.

Il s’agit également du renforcement de son programme de refinancement spécifique au profit des très petites entreprises et petites et moyennes entreprises en y intégrant, en plus des crédits d’investissements, les crédits de fonctionnement et en augmentant la fréquence de leur refinancement.

 

COVID-19 : Quel impact sur les Fintechs ?

Des fluctuations boursières, des milliards de dollars perdus des compagnies aériennes, des hôtels, des revenus de transport, aux pénuries de médicaments, l’épidémie de coronavirus fait des ravages sur de nombreux aspects commerciaux.

Euler Hermes appelle cela un “commerce en quarantaine”. Les analystes économiques ont estimé que Covid-19 coûtait 320 milliards de dollars de pertes commerciales chaque trimestre.

Mais qu’en est-il de la fintech? Ce secteur n’est pas non plus immunisé contre le virus. Étant donné que les effets secondaires de Covid-19 se manifesteront dans les semaines à venir, nous verrons certaines de ces sociétés prendre des coups. Mais d’autres sociétés gagneront sur le long terme.

Examinons de plus près l’impact du coronavirus.

Mastercard et (un peu plus tard) Visa ont réduit leurs prévisions de croissance des revenus au T1 2020 et ont baissé les prévisions de vente pour le T2.

La raison derrière la coupe? Paiements transfrontaliers et peur. Lorsqu’un vol d’American Airlines entre JFK et Milan est annulé, cela signifie que plus de 300 passagers n’utiliseront pas leur carte de crédit pour les voyages et les dépenses liées aux voyages.

Maintenant, multiplions cet incident unique par le nombre de vols annulés, les événements de l’industrie fermés ou reprogrammés et ajoutons la quarantaine à l’équation. Nous obtiendrons de belles pertes…

«L’impact le plus important a été sur les voyages vers et depuis l’Asie. Cela a entraîné un net ralentissement de nos activités transfrontalières, en particulier les dépenses liées aux voyages », a déclaré Visa dans un dossier réglementaire.

Qu’en est-il des autres acteurs du secteur des paiements? PayPal a déjà confirmé que l’activité de commerce électronique internationale a été affectée par le coronavirus, ce qui, à son tour, réduit ses prévisions de revenus.

“Nous estimons actuellement que l’impact négatif de COVID-19 est une réduction d’environ un point, neutre en devises, sur la croissance des revenus de PayPal sur douze mois pour le premier trimestre, par rapport aux revenus fournis le 29 janvier 2020 », a indiqué la société dans un communiqué de presse.

Parlons maintenant du côté positif ( parce que oui, il y en a ), tout se résume à l’adoption de la fintech, considérée comme un moyen d’atténuer les effets des coronavirus.

Ye Yanfei, de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances (CBIRC), a confirmé que l’épidémie de coronavirus est devenue l’un des principaux moteurs de l’adoption des technologies financières en Chine.

Par exemple, la blockchain est utilisée pour accélérer la vérification des données médicales (chez Blue Cross Asia-Pacific Insurance).

En outre, MYBank, qui fait partie de Ant Financial, a annoncé des prêts annuels à taux zéro pour les entreprises de la province du Hubei (après trois mois, une remise de 20% est appliquée pour les neuf mois restants).

La Corée du Sud est sur le point d’assouplir la réglementation sur les fintechs (et quelques autres industries) pour atténuer et compenser l’impact de la crise sanitaire sur l’économie.

 

COVID-19 : GPBM – Le détail des nouvelles mesures appliquées par les banques marocaines

Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) annonce l’opérationnalisation des mesures prises par les banques dans le cadre du Comité de Veille Économique, soit le report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing jusqu’au 30 juin et des lignes de crédit additionnelles de fonctionnement pour les entreprises touchées par le Covid-19.

Les mesures prises sont détaillées comme suit :

1-Report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing jusqu’au 30 juin 2020 : Pour les ménages et les entreprises directement impactés par le Covid-19 ; report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing de mars au 30 juin 2020 sans frais ni pénalités de retard.

2- Lignes de crédit additionnelles de fonctionnement pour les entreprises touchées par le Covid-19 : Afin de permettre aux entreprises de disposer de la trésorerie nécessaire pour notamment faire face aux versements des salaires de leurs employés et payer leurs fournisseurs, elles peuvent bénéficier de lignes de crédit additionnelles de fonctionnement couvrant jusqu’à 3 mois de dépenses courantes et dans les conditions du produit Damane Oxygène garanti par la CCG. Les réseaux bancaires tiennent à la disposition des entreprises les détails relatifs à ce produit Damane Oxygène.

Ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement sont remboursables, in fine, et ce au plus tard le 31 décembre 2020.

Le taux d’intérêt calculé sur ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement est fixé au taux de refinancement de Bank Al-Maghrib majoré de 200 points de base.

Pour les entreprises touchées par le Covid-19 ne pouvant pas rembourser leurs lignes de crédit additionnelles de fonctionnement à l’échéance de décembre 2020, les banques peuvent leur accorder des crédits à moyen terme pouvant aller jusqu’à 5 ans pour les amortir.

 

Oyé Oyé jeunes lauréats, rejoignez la best team !

Offre d’emploi :

Thank you for reading…

Stay safe

Stay at home

…See You Next Week

By Lamiae Kettani
b-partienne engagée

Qui sommes nous :

 

B-part est une boutique de conseil en stratégie, en réglementaire et direction opérationnelle de projets. Notre métier : créer des banques et des néo-banques, des fintechs….

Faiseurs de rêve, les b-partiens sont à vos côtés pour rendre vos ambitions réelles.

For more info : https://www.bpart-consulting.com/ / info@bpart-consulting.com